Actu.médicales

Alerte sur le médicament miracle anticalvitie

« Le Propecia, prescrit à 30.000 hommes contre la perte de cheveux, est sur la sellette » note le Parisien qui annonce que « pour la première fois, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) vient de lancer une alerte sur les risques liés au finastéride » et « en informera aujourd’hui les professionnels de santé, à l’occasion d’une réunion avec le Collège national des médecins généralistes », l’objectif étant de « mettre en garde les patients contre cette molécule ».
Le Propecia, « pilule miracle, prescrite à 3000 patients et connue pour bloquer l’action de la testostérone, accumule les effets indésirables », précise le quotidien rapportant les propos du Dr Caroline Semaille, directrice des médicaments anti-infectieux, en hépato-gastro-entérologie et en dermatologie à l’ANSM qui indique que « des cas de dépression et d’idées suicidaires nous ont été signalés en plus des troubles sexuels, déjà connus. Ces effets ne sont pas réellement prouvés mais le principe de précaution s’applique ».
Pour le Parisien, « le message est clair : en cas de symptôme psychiatrique, arrêtez immédiatement ces comprimés et consultez le plus vite possible un médecin ».
Le quotidien indique également que « L’agence évoque aussi des signalements rarissimes de cancers du sein chez l’homme » et que « Les pays scandinaves sont chargés de faire une étude pour l’Europe. Ils devraient rendre leurs conclusions d’ici à 2019 ».
Selon François Desgrandchamps, chef du service d’urologie à l’hôpital Saint-Louis, à Paris, également interrogé sur cette question, « une poussée des seins chez les hommes prenant ce médicament est prouvée ». Et au sujet des effets secondaires, « il l’assure : « Je ne serai pas contre l’interdiction du Propecia. Si c’était moi, je n’en prendrais pas ».
En conclusion, le quotidien rappelle que « Les signes inquiétants se multiplient alors que le Propecia n’a qu’un but esthétique, et non médical » et que, comme le répète Caroline Semaille « c’est pour cela que l’ANSM mise sur une grande campagne d’information. Une façon de dire aux hommes : « Désormais, vous êtes informés, à vous de décider » ».

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X