CardiologiePathologies

Anticoagulation : un antidote contre les AOD inhibiteurs du facteur Xa

Après un antidote contre les anticoagulants directs de type anti-thrombine en septembre, une étude valide l’efficacité d’un antidote contre les AOD de type anti-Xa en décembre.

Même s’il n’existait pas de véritable antidote contre les antivitamines K ou l’héparine, beaucoup de médecins étaient gênés par l’absence de surveillance et d’antagonistes lors de la prescription des anticoagulants directs. Une étude parue ce jour dans le New England Journal of Medicine valide l’efficacité d’un antagoniste spécifique des AOD de type anti-Xa : l’andrexanet alpha.real_uploded_2fb2f44bf2e6e8cdf62f248f7bf1057b_62218e74c829faf36b5e91ae8df7d0ed_medoc-p2-retouché-1450457239

Les saignements restent une des complications majeures des anticoagulants directs, même si, du fait de leur courte demi-vie, la nécessité d’utilisation d’un antagoniste n’est pas aussi fréquente qu’avec les AVK.
Un antagoniste des anticoagulants directs de type anti-thrombine avait donc été présenté fin août, au moment du congrès européen de cardiologie. Le mois de décembre aura été celui de la publication d’une étude validant l’efficacité d’un antagoniste des AOD de type anti-Xa (apixaban et rivaroxaban).

Une élévation transitoire des D-dimères et des fragments 1 et 2 de la prothrombine a été observée mais s’est résolue en 24 à 72 heures. Cet effet s’est maintenu lors de la perfusion de relais sans réel effet secondaire : aucun évènement thrombotique n’a en effet été observé.

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X