Actu.médicalesRhumatologie

Arthrose – Plus question d’avoir mal !

Santé Seniors constate que « l’arthrose est la maladie articulaire la plus courante qui ne touche pas que les seniors. On estime à 4,6 millions de personnes en France qui en souffrent, un nombre en augmentation régulière du fait de l’allongement de la durée de vie et de certains facteurs de risque dont les plus répandus sont l’obésité et la sédentarité. Un point s’impose avec notre expert ostéopathe, Jean-Pierre Marguaritte ».
Le magazine rappelle tout d’abord « son mécanisme d’installation » et explique « pourquoi elle se situe de façon privilégiée au niveau des articulations qui supportent des charges » : « Une articulation assure la mobilité entre deux os. Elle est formée de plusieurs éléments anatomiques grâce auxquels le mouvement peut être exécuté : le cartilage, les ligaments et les muscles. Le cartilage est la surface articulaire de frottement qui couvre les extrémités des deux os les ligaments maintiennent face à lace les surfaces articulaires et les muscles fixés sur les os par des tendons, mobilisent les articulations lors de leur contraction. Le rôle principal du cartilage est la répartition et la transmission des contraintes en compression sous l’effet de la charge. Il intervient également dans l’absorption des chocs ».1943318-inline
Santé Seniors souligne notamment que « l’hydratation [est] en cause » : « Contrairement à l’os, le cartilage des articulations n’est pas vascularisé ni innervé. Cette absence de vaisseaux explique sa difficulté à se réparer spontanément à l’âge adulte. Sa dégradation est la conséquence d’une moins bonne rétention des molécules d’eau. Comme une éponge, la fonction du cartilage dépend de la quantité d’eau retenue. Le maintien de la pression chasse l’eau et conduit naturellement à un assèchement et la perte d’élasticité et de résistance du cartilage. De même qu’une éponge humidifiée absorbe les salissures, le cartilage bien hydraté résiste mieux aux attaques extérieures ».
Le magazine indique en outre que « plus on bouge, moins l’arthrose a de prise », évoque « les zones prédisposées » (« les vertèbres », « la partie inférieure du corps », « la troisième vertèbre cervicale en cas de troubles thyroïdiens »…), ou encore note que « l’arthrose ne bénéficie actuellement que de traitements contre la douleur. Des Injections d’acide hyaluronique utilisées pour l’articulation du genou améliorent la viscosité et l’élasticité du liquide synovial qui joue un rôle fondamental par ses propriétés de lubrifiant et d’amortisseur des chocs ».
« En cas de destruction osseuse, seule la chirurgie est proposée. Selon le type d’articulation, la pose de prothèses ou l’ostéosynthèse dynamique peut être envisagée. Elle permet de protéger le disque sans le bloquer et de garder une certaine amplitude de mouvement. La prévention prend ainsi toute son importance et plus particulièrement chez les femmes qui sont plus touchées »,
souligne Santé Seniors.

Bouton retour en haut de la page
X