Actu.médicales

Burn-out : les recommandations de la HAS

Le syndrome d’épuisement professionnel ou burn-out peut avoir des conséquences graves sur la vie des personnes et nécessite une prise en charge médicale. Cependant il est complexe, mal connu, difficile à repérer et parfois diagnostiqué à tort. La Haute Autorité de Santé propose ses nouvelles recommandations pour faire le bon diagnostic, instaurer une prise en charge personnalisée et accompagner le retour au travail.

Les manifestations du burn-out sont très diverses, rendant son diagnostic difficile. C’est probablement ce qui a incité la Haute Autorité de Santé à publier des recommandations pour aider les médecins traitants et médecins du travail à le diagnostiquer, le prendre en charge et accompagner le retour au travail.
Elle rappelle que le burn-out est caractérisé par un épuisement physique, émotionnel et mental profond, causé par un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes. Les symptômes sont parfois les mêmes que pour d’autres troubles psychiques : émotionnels, cognitifs, comportementaux, motivationnels et physiques. Après avoir écarté l’hypothèse d’une maladie physique, il faut juger de la sévérité de ces manifestations et évaluer en priorité le risque suicidaire. 

Le médecin doit s’intéresser en complément aux conditions de travail ainsi qu’à la personne et à son vécu. C’est la confrontation de ces différentes analyses qui permettra d’établir ou non le diagnostic de burn-out et de le différencier d’autres troubles psychiques (dépression, troubles anxieux, stress post-traumatique) ou d’établir qu’ils coexistent avec lui. L’aide d’un psychiatre est parfois nécessaire.
La prise en charge du burn-out doit ensuite être individualisée.
Elle repose principalement sur un arrêt de travail et la combinaison d’interventions psychothérapeutiques ou psychocorporelles. Un traitement par antidépresseurs peut être nécessaire si le burn-out est associé à des troubles anxieux ou dépressifs. Il est par ailleurs nécessaire d’anticiper et de préparer le retour au travail (la HAS donne plusieurs conseils à ce sujet) et d’assurer un suivi régulier par la suite pour aider au maintien dans l’emploi.

Référence :
Burn-out : au-delà des débats, faire le bon diagnostic et proposer une prise en charge personnalisée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X