Actu.médicalesOncologiePathologies

Cancer du sein : une première opération réalisée avec un robot

L’Express fait savoir que « l’institut Gustave-Roussy de Villejuif a annoncé avoir réalisé avec succès une première chirurgie du sein à l’aide d’un robot. Un essai prometteur qui permet de réduire les cicatrices. Une première mondiale. Et qui permettrait de réduire les cicatrices liées à une mastectomie, opération liée au traitement du cancer du sein ». L’intervention consistait en une « ablation du sein avec reconstruction mammaire simultanée par prothèse », précise-t-il.

« Dans un cadre de recherche biomédicale, deux patientes ont ainsi été opérées à l’aide du robot baptisé Da Vinci Xi. Alors que l’opération classique laisse des cicatrices visibles sur le sein, celle assistée par un robot permet de pratiquer une incision plus petite sous l’aisselle pour retirer la glande mammaire puis installer la prothèse. La cicatrice s’en trouve plus discrète et laisse intacte le mamelon comme l’aréole », explique l’article.

« L’objectif est de proposer, dans le cadre réglementé et sécuritaire d’un essai clinique, une alternative chirurgicale, plus esthétique et moins traumatisante psychologiquement, aux femmes qui doivent subir une ablation du sein suivie d’une reconstruction immédiate », indique le Dr Benjamin Sarfati, chirurgien plasticien oncologue à l’origine de cette première. Le magazine précise que « l’intervention concerne les patientes dont le cancer ne se trouve pas près du mamelon, permettant une mastectomie, soit le retrait de la glande mammaire en conservant la peau du sein. Elle concerne également les patientes simplement porteuses de la mutation du gène BRCA, héréditaire, qui expose à un risque accru de développement d’un cancer du sein ou des ovaires ».
Le magazine rapporte le témoignage d’Anna, l’une des deux premières patientes opérées avec l’assistance du robot, dans Le Parisien : « Quand je me regarde dans la glace le matin, sauf à me contorsionner, je ne vois aucune trace de mutilation. Et aucune séquelle ». « Porteuse de la mutation du gène BRCA, elle a accepté l’essai clinique quelque mois après le décès de sa mère pour un cancer du sein », indique l’article.

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X