Actu.médicalesCardiologiePathologies

Consommation de café et mortalité : résultats de 3 grandes cohortes prospectives

Par le Dr Pierre Attali (Hôpitaux universitaires de Strasbourg)
Article commenté :
Association of Coffee Consumption With Total and Cause-Specific Mortality in 3 Large Prospective Cohorts.
Ding M, Satija A, Bhupathiraju SN et al.
Circulation. 2015 ; 132:2305-15.

Retrouvez l’abstract en ligne

Le café est l’une des boissons les plus couramment consommées à travers le monde. Le lien entre la consommation de café et le risque de plusieurs maladies a été investigué.

La consommation de café a été inversement associée au risque de diabète de type 2 et de cancer du foie, de l’endomètre, de la prostate et de la peau (carcinome basocellulaire), ainsi qu’au risque de survenue de maladies neurologiques et cardiovasculaires. Ces effets bénéfiques du café ont été constatés lorsque cette boisson est consommée avec modération.
Le lien entre la consommation de café et le risque de mortalité totale a également été étudié : la consommation de café modérée est inversement associée au risque de mortalité selon des études récentes ; par contre, une importante consommation de café est, selon les études, inversement associée à la mortalité, sans effet ou au contraire directement associée à une augmentation de la mortalité.

En regroupant les résultats de ces études individuelles, les méta-analyses ont certes permis d’aboutir à la conclusion était que la consommation de café n’était pas associée à une augmentation de la mortalité, mais on pouvait relever une hétérogénéité dans l’estimation de ces effets. Concernant les causes spécifiques de mortalité, une association inverse entre la consommation de café et la mortalité CV a été constatée ; par contre, une association entre la consommation de café et la mortalité par cancer n’a pas été retrouvée.4380929-6599128
En 2014, une méta-analyse parue dans Circulation montrait que la consommation de café était associée de façon non linéaire à une majoration du risque de maladies cardiovasculaires : la consommation modérée de café avec 3 à 5 tasses par jour était associée au risque de maladie cardiovasculaire le plus faible ; cependant, la consommation excessive de café n’avait pas été associée à un risque majoré de maladie cardiovasculaire. Toutefois, l’origine précise de cette association non linéaire restait incertaine : vrai effet biologique ou confusion avec un effet du tabagisme.

Sur la base des résultats de ces études antérieures, 4 questions étaient restées sans réponse :
– existe-t-il une relation non linéaire entre la consommation de café et le risque de mortalité, c’est-à-dire la consommation modérée de café serait associée à une diminution du risque de mortalité et la consommation excessive de café serait neutre voire même serait associée à une augmentation du risque ?
– si une association non-linéaire existe, serait-ce vraiment un effet biologique directement lié au café ou plutôt un artefact par confusion avec le fait de fumer ?
-quelles sont les associations de la consommation de café avec les risques de mortalité de cause spécifique ?
– est-ce que le café et le café décaféiné sont associés de façon similaire avec le risque de mortalité ?

Dans la méta-analyse qui vient de paraître, pendant les 4.690.072 années-personnes de suivi, 19.524 femmes et 12 432 hommes sont décédés. Tout comme en 2014, la consommation totale de café, c’est-à-dire de café avec ou sans caféine, a été associée de façon non linéaire à la mortalité.
En comparaison avec les non-buveurs de café, la consommation de 1 à 5 tasses de café par jour était associée à un risque de mortalité plus faible, mais la consommation de plus de 5 tasses de café par jour ce résultat favorable sur la mortalité n’a pas été constaté, mais il n’y pas eu non plus d’augmentation du risque de mortalité.
Cependant, lorsqu’on restreint l’analyse aux personnes qui n’ont jamais été fumeurs, le risque de la mortalité, en référence aux non-buveurs de café, était légèrement réduit pour 1,0 tasse ou moins par jour (0,94 IC95% 0,89 – 0,99), pour 1,1 à 3,0 tasses par jour (0,92 ; 0,87 – 0,97), pour 3,1 à 5,0 tasse par jour (0,85 ; 0.79-0.92) et pour plus de 5,0 tasse par jour (0,88 ; 0,78 – 0,99) (P = 0,32 pour la non-linéarité; P <0,001 pour la tendance).
Des associations inverses significatives ont été observées pour le café avec caféine (p <0,001 pour la tendance) et le café décaféiné (P = 0,022 pour la tendance).

En résumé, ces résultats ont montré une association non linéaire entre la consommation de café et la mortalité totale dans l’ensemble de la population. Lorsque l’analyse se limite aux participants n’ayant jamais fumé, la consommation de café était associée à un risque plus faible de mortalité totale, mais aussi de mortalité par maladie CV, neurologique ou suicide. Aucune association entre la consommation de café et la mortalité par cancer n’a été trouvée.
La présente étude fournit des preuves solides qu’une forte consommation de café n’est pas associée à un risque augmenté de la mortalité à long terme et que l’association non linéaire de café avec la mortalité totale pourrait provenir du tabagisme comme facteur de confusion.

Commentaires :
Ces résultats rassurants sont très importants pour les amateurs de café qui sont nombreux ! Non seulement le café est agréable à consommer et utile le matin pour le réveil, mais il semble aussi nous protéger de nombreuses maladies et même réduire la mortalité en cas de consommation légère et sans augmenter le risque en cas de forte consommation.

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X