Actu.médicalesMédecine Générale

Corticothérapies de courte durée : attention aux effets secondaires

Aux États-Unis, durant trois ans, 20% d’une cohorte d’adultes assurés sociaux ont reçu une prescription de corticothérapie brève entrainant une augmentation significative des risques de septicémies, d’accidents thromboemboliques veineux et de fractures. Des chercheurs viennent de publier, dans le British Medical Journal, les résultats d’une étude rétrospective portant sur les données de 1,5 million d’adultes. Ces résultats incitent à la prudence lors de l’initiation de ces traitements ainsi qu’à la surveillance de ces patients.

Les effets secondaires liés aux corticothérapies prolongées sont mieux connus que ceux liés à une utilisation de courte durée (de quelques jours à moins de 30 jours). Une équipe de chercheurs américains a réalisé une étude rétrospective portant sur les données de 1,5 million d’adultes de 18 à 64 ans afin de déterminer la fréquence des prescriptions courtes de corticothérapies orales et les effets indésirables qui leur étaient associés.
Entre 2012 et 2014, 21,1% ont eu une prescription brève de corticoïdes, d’une durée moyenne de 6 jours, avec une posologie moyenne de 20 mg par jour en équivalent prednisolone. Les indications thérapeutiques les plus fréquentes étaient les infections des voies respiratoires hautes, les douleurs rachidiennes et les allergies.

Au total, dans les 30 jours suivant la délivrance des médicaments, les risques relatifs de complications étaient significativement augmentés chez ces patients pour les septicémies (RR = 5,30 ; IC95%= [3,80- 7,41]), les troubles thromboemboliques veineux (RR = 3,33 ; IC95%= [2,78 – 3,99]), et les fractures (RR = 1,87 ; IC95%= [1,69- 2,07]).
Ces traitements brefs peuvent donc être à l’origine de complications graves avec hospitalisation. Les auteurs concluent sur la nécessité de vigilance lors de la  prescription des corticoïdes. Il s’agit ainsi de respecter scrupuleusement les recommandations en les prescrivant uniquement pour les indications thérapeutiques où les corticoïdes sont indispensables, aux doses les plus faibles possibles et sur une période la plus courte possible.

Référence:
Waljee AK, Rogers MA, Lin P et al.
Short term use of oral corticosteroids and related harms among adults in the United States: population based cohort study.
BMJ. 2017 Apr 12;357:j1415.
Retrouver l’article en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X