Actu.médicales

Découverte du mécanisme d’action d’E. coli Nissle 1917 contre les douleurs intestinales en cas de SII

Des chercheurs français viennent de décrire le mode d’action d’Escherichia coli Nissle 1917, un probiotique utilisée dans le traitement symptomatique des douleurs du syndrome de l’intestin irritable. La bactérie produit du GABA qui grâce à sa liaison avec un lipide, passe la barrière intestinale et réduit la douleur viscérale. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Communication.

Des chercheurs français viennent de découvrir pourquoi la souche Escherichia coli Nissle 1917 utilisée comme probiotique dans le traitement symptomatique des douleurs du syndrome de l’intestin irritable présente une certaine efficacité.
La bactérie sécrète en fait un lipopeptide composé de GABA associé à un acide gras et un acide aminé. Cette structure permet au neuromédiateur de traverser la barrière intestinale et d’agir avec un effet inhibiteur sur les nerfs entériques.
Les chercheurs ont découvert ce lipopetide C12AsnGABAOH en comparant le profil lipidique de bactéries clbA-, une mutation associée à la perte de l’activité probiotique de cette souche, et des bactéries originales par chromatographie en phase liquide et spectrométrie de masse. Seules les dernières produisaient ce lipopeptide particulier. Autre observation intéressante, les gènes impliqués dans la synthèse de ce peptide sont également impliqués dans la production d’une toxine appelée colibactine.
Les chercheurs ont testé ce lipopeptide in vitro et in vivo chez la souris. In vitro, il inhibe les flux calciques associés à une hypersensibilité provoquée par la capsaicine sur des nerfs sensoriels et in vivo il réduit les contractions abdominales associées à la douleur chez le rongeur.
Les chercheurs ont déposé un brevet relatif à cette découverte pour développer un antalgique. Une première étude destinée à établir une preuve de concept est sur les rails.

Référence :
Teresa Pérez-Berezo et al.
Identification of an analgesic lipopeptide produced by the probiotic Escherichia colistrain Nissle 1917
Nature Communications, 1314 (2017)
Retrouvez l’abstract en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X