Actu.médicalesGynéco-obstétrique

Détection des malformations cérébrales : intérêt de l’IRM cérébrale foetale

Devant des malformations cérébrales in utéro, l’IRM permet d’améliorer le diagnostic par rapport à l‘échographie. Des chercheurs de l’université de Sheffield au Royaume-Uni ont réalisé une importante étude de cohorte prospective et multicentrique pour évaluer l’intérêt de l’IRM pour la détection des anomalies cérébrales fœtales ainsi que son acceptabilité. Ces résultats, publiés dans la revue The Lancet, amènent à proposer que tout fœtus présentant une anomalie cérébrale suspecte à l’échographie bénéficie d’une IRM pour compléter le diagnostic et améliorer la prise en charge.

L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est actuellement utilisée dans les centres multidisciplinaires de diagnostic prénatal comme examen complémentaire indispensable pour l’étude du système nerveux central du fœtus. En revanche, peu de données existent sur ses performances diagnostiques.
Entre le 29 juillet 2011 et le 31 août 2014, les auteurs ont recruté, au sein de 16 centres de médecine fœtale, des femmes enceintes de 18 ans ou plus dont le fœtus avait une anomalie cérébrale détectée par échographie à un âge gestationnel de 18 semaines ou plus. Ils les ont séparées en 2 groupes : 18 semaines de grossesse à moins de 24 semaines (n=369) et de 24 semaines ou plus (n=201).
L’IRM a apporté des précisions par rapport au diagnostic échographique dans 23% (IC95%= [18–27]) des cas dans le premier groupe, et dans 29% (IC95%= [23–36]) après 24 SA. Cet examen a modifié l’information sur le pronostic dans 20% des situations et a conduit à une modification de prise en charge clinique dans plus d’un tiers des cas. Enfin, cet examen a été parfaitement accepté par plus de 95% des femmes enceintes.
Pour conclure, les auteurs estiment que devant une anomalie échographique, une IRM devrait systématiquement être proposée afin de préciser le diagnostic et d’améliorer la prise en charge.

Référence :
Griffiths PD, Bradburn M, Campbell MJ et al.
Use of MRI in the diagnosis of fetal brain abnormalities in utero (MERIDIAN): a multicentre, prospective cohort study.
Lancet. 2017 ; 389(10068):538-546.
Retrouver l’article en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X