Actu.médicalesDiabétologie

Diabète et insuffisance cardiaque : les bêtabloquants réduisent la mortalité

Selon une étude chez les insuffisants cardiaques par dysfonction ventriculaire gauche, les bêtabloquants à dose élevée réduisent la mortalité chez les diabétiques.

Selon une étude de cohorte publiée dans Diabetes Care, les patients atteints à la fois d’insuffisance cardiaque et de diabète ont une réduction importante de la mortalité avec les bêtabloquants à dose élevée.
L’étude prospective a concerné 1797 patients souffrant d’insuffisance cardiaque secondaire à un dysfonctionnement systolique ventriculaire gauche. Parmi eux, 503 étaient également diabétiques.

Une analyse prospective

Les malades recrutés dans cette étude ont été divisés en plusieurs groupes selon qu’ils avaient un diabète ou pas, selon leur dose de bêtabloquant (pas de bêtabloquant ou doses équivalentes au bisoprolol à moins de 2,5 mg/jour [faible dose], entre 2,5 et 7,4 mg/jour [dose moyenne] et plus de 7,5 mg/jour [dose élevée]), ainsi que selon leur dose d’IEC (pas d’IEC ou doses équivalentes au ramipril inférieures à 2,5 mg/jour [faible dose], entre 2,5 et 7,4 mg/jour [dose moyenne] et plus de 7,5 mg/jour [dose élevée]).

Bêtabloquants efficaces chez le diabétique

Après un suivi moyen de 4 ans, les doses élevées de bêtabloquants sont associées à une réduction de la mortalité toutes causes confondues chez les patients diabétiques et non diabétiques (8,9% vs 3,5% par mg/jour, respectivement). De même, des doses élevées d’IEC entraînent une baisse de la mortalité chez les patients diabétiques et non diabétiques (5,9% vs 5,1% par mg/jour, respectivement), mais la différence entre ces groupes est significative uniquement chez les patients diabétiques (p = 0,027).

En pratique

Bien que les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC) et les bêtabloquants aient déjà démontré un bénéfice sur la mortalité chez les patients atteints d’insuffisance cardiaque chronique, aucune étude récente n’a étudié un tel effet chez les patients diabétiques. Des doutes sur la sécurité d’emploi de ces bêtabloquants chez le diabétique sont même plutôt mis en avant.

Or, plus d’un tiers des patients souffrant d’insuffisance cardiaque en rapport avec un dysfonctionnement systolique ventriculaire gauche souffrent également de diabète et la maladie diabétique augmente leur risque de mortalité. Plus récemment, il a été démontré que le diabète de type 2 est associé à une insuffisance cardiaque plus fréquente qu’on ne le pensait.

Cette étude démontre que les bêtabloquants a doses élevées sont associées à une mortalité plus faible dans l’insuffisance cardiaque chez les malades diabétiques. Ces données devraient rassurer les patients et les médecins et encourager une utilisation prudente mais à dose efficace des β-bloquants chez ce groupe de patients à risque élevé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X