Actu.médicalesDiabétologie

Diabète : une pression artérielle basse est bénéfique quel que soit le risque

Un objectif de pression artérielle de 130/80 mm Hg ou moins chez le diabétique de type 2 réduit le risque d’évènements et de décès cardiovasculaires, que le malade soit hypertendu ou non et qu’il ait un risque cardiovasculaire élevé ou faible.

Les diabétiques de type 2 qui reçoivent un traitement antihypertenseur permettant de maintenir leur pression artérielle à 130/80 mm Hg ou moins ont moins d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral et d’autres complications du diabète. Ces malades ont également un risque global plus faible de mourir quelle qu’en soit la cause.

C’est un bénéfice qui est observé indépendamment du risque cardiovasculaire préexistant et de sa tension artérielle. Ces données sont issues de l’étude ADVANCE dont les résultats sont publiés dans la revue Hypertension.

Le suivi de l’étude ADVANCE

Les résultats sont basés sur l’analyse des données chez près de 10 948 patients atteints de diabète de type 2, suivis 4 ans dans 215 centres cliniques et 20 pays, dans le cadre de l’étude ADVANCE. Les chercheurs avaient comparé les résultats entre les personnes souffrant de diabète de type 2 et d’hypertension, à risque cardiovasculaire modéré à élevé, et recevant soit un traitement antihypertenseur (périndopril et indapamide) et soit un placebo.

Cet essai avait déjà fait état d’un bénéfice global pour le traitement intensif de l’hypertension artérielle, mais on ne savait pas si ce bénéfice s’appliquait également aux diabétiques dont la tension artérielle était inférieure à 140/90 mmHg.

Bénéfice quel que soit le risque associé

Au cours de l’étude, il y a eu 837 décès et 966 événements vasculaires majeurs, c’est-à-dire soit un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral, une néphropathie ou une rétinopathie diabétique. Le groupe qui recevait le traitement antihypertenseur a eu 9% d’événements en moins et 14% de décès en moins par rapport au groupe placebo.

Tant les diabétiques de type 2 hypertendus qui avaient un risque de maladie cardiovasculaire élevé à l’inclusion que ceux dont le risque cardiovasculaire était faible ont bénéficié du traitement antihypertenseur intensif. Les personnes diabétiques et dont la tension artérielle se situait entre 130/80 mmHg et 140/90 mmHg au début de l’essai ont également bénéficié d’un abaissement de la pression artérielle pendant l’essai.

Confirmation des objectifs

Les recommandations 2017 de l’American College of Cardiology/American Heart Association sur l’hypertension artérielle préconisent de commencer le traitement antihypertenseur dès que la pression artérielle atteint 130/80 mmHg ou plus chez tous les adultes atteints de diabète et d’hypertension : l’objectif est de réduire la pression artérielle à moins de 130/80 mmHg.

Les résultats de l’étude ADVANCE suggèrent que viser des niveaux de pression artérielle de 130/80 mm/Hg ou moins peut être bénéfique pour les patients à divers niveaux de pression artérielle et avec différents niveaux de risque cardiovasculaire (calculé selon un score composite de probabilité d’infarctus du myocarde ou d’AVC à 10 ans).

Clarification des pratiques

Ces résultats démontrent le bénéfice d’un abaissement des seuils de pression artérielle à 130/80 ou moins chez les diabétiques de type 2 et devraient aider à concilier des recommandations actuellement contradictoires quant aux cibles optimales de pression artérielle pour les personnes atteintes de diabète.

Les patients atteints de diabète et dont la tension artérielle est supérieure à 130/80 lors de deux contrôles consécutifs devraient discuter avec leur médecin pour voir s’ils doivent modifier leur traitement pour obtenir un chiffre inférieur.

Bouton retour en haut de la page
X