Actu.médicalesMédecine GénéralePathologies

Différer une prescription d’antibiotiques limite leur utilisation

Différer une prescription d’antibiotiques en cas d’infection respiratoire aigue non compliquée est associé à des symptômes légèrement plus importants par rapport à une prescription immédiate, mais permet de réduire leur consommation. Une étude parue dans Jama of Internal Medicine fait le point.

Quand et comment prescrire un antibiotique en cas d’infection respiratoire aiguë non compliquée ? C’est en substance la question à laquelle des chercheurs ont tenté de répondre en étudiant plusieurs stratégies de prise en charge.
Pour cela, ils ont recruté 405 adultes âgés en moyenne de 45 ans, dont plus de 93% étaient dénués de toute comorbidité respiratoire, et consultant dans l’un des 23 centres de soins espagnols sélectionnés. Ils ont réparti ces patients dans quatre groupes.medicaments-2965462-jpg_2591829_660x281
Les premiers recevaient une prescription d’antibiotique dès la première consultation à utiliser seulement si les symptômes ne s’atténuaient pas dans les jours suivant cette visite ou s’ils s’aggravaient. Les seconds devaient revenir au cabinet récupérer leur prescription d’antibiotique si, de la même façon, les symptômes n’évoluaient pas favorablement. Les troisièmes se voyaient prescrire des antibiotiques d’entrée de jeu et le dernier quart n’a eu aucune prescription d’antibiotique.
Pour chaque groupe, les auteurs ont analysé la durée des symptômes et leur sévérité mais également le recours aux antibiotiques et la satisfaction globale des patients. Ils ont constaté que la durée des symptômes était équivalente dans les différents groupes, mais ils étaient légèrement plus sévères en l’absence de prescription et dans le groupe disposant de son ordonnance rédigée au cours de la première visite pour une utilisation différée en cas de besoin.
Un inconvénient rapidement contrebalancé par le fait que l’absence de prescription et le fait de la différer sont associés à une moindre utilisation d’antibiotique et qu’en outre, les patients estimaient le plus souvent qu’ils n’étaient pas utiles.

Référence :
Mariam de la Poza Abad et al.
Prescription Strategies in Acute Uncomplicated Respiratory Infections. A Randomized Clinical Trial
JAMA Intern Med. 2016;176(1):21-29
[Retrouvez l’abstract en ligne]

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X