Actu.médicalesDiabétologie

Douleur neuropathique : les petites fibres atteintes très tôt dans le pré-diabète

Un pré-diabète peut être à l’origine de douleurs à type de paresthésies des mains et des pieds en rapport avec une souffrance étendue des petites fibres nerveuses, souffrance que les tests classiques ne dépistent pas.

Les petites fibres nerveuses sont atteintes très tôt et de façon plus étendue qu’envisagé initialement dans le pré-diabète, selon une étude parue dans JAMA Neurology sur 62 personnes qui ont été suivies 3 ans, dont 13 avaient un pré-diabète : la détérioration nerveuse des petites fibres toucherait l’ensemble de la longueur de la fibre, et pas seulement sa terminaison distale comme on le pensait jusqu’ici.

Un signe précoce de souffrance

« Les petites fibres nerveuses pourraient être comme le canari dans la mine de charbon » a déclaré l’auteur, Michael Polydefkis, de l’Université John Hopkins, faisant référence à ces oiseaux que l’on emmenait dans les mines de charbon pour alerter les mineurs en cas de dégagement de gaz explosif, le « grisou ».

Les petites fibres nerveuses vont jusqu’à la surface de la peau et leur atteinte se traduit souvent par des douleurs à type de brûlures des mains et des pieds. La principale cause est le diabète, mais ces atteintes peuvent aussi se voir au cours du lupus, de l’infection à VIH, de la maladie de Lyme, de la maladie cœliaque ou lors de l’alcoolisme.

Une densité cutanée abaissée

L’étude a porté sur des biopsies cutanées réalisées chez 52 malades souffrant d’une atteinte des petites fibres et 10 personnes saines qui servaient de contrôles. En effet, l’électromyogramme classique et l’examen clinique ne permettent pas de diagnostiquer la souffrance des petites fibres.

Sur les 52 malades, 13 avaient un pré-diabète, 14 un diabète de type 2 et 25 n’avaient pas d’anomalie glycémique. Les biopsies étaient réalisées à la cheville, au mollet et à la cuisse, et elles ont été refaites 3 ans après. L’analyse de la souffrance des petites fibres était réalisée en microscopie optique avec le calcul d’un score de densité des petites fibres dans la partie superficielle de la peau, une densité basse étant le signe d’une souffrance des petites fibres.

Le pré-diabète : un état pathologique

Initialement, la densité de fibres était basse uniquement à la cheville chez les malades souffrant de douleur et en particulier ceux qui avaient un pré-diabète qui avaient d’emblée 50% de moins de fibres nerveuses que les autres.

Après 3 ans, les malades avec un pré-diabète ont vu leurs lésions neurologiques s’aggraver, avec une perte de 10% de la densité de fibre chaque année du suivi, et cette atteinte a concerné non seulement les sites distaux, mais aussi les proximaux. Si l’aggravation était prévisible, l’atteinte proximale précoce a beaucoup surpris les investigateurs.

Un changement de paradigme

Il s’agit bien sûr d’une petite étude, et qui devra être reproduite, mais elle semble confirmer que le pré-diabète n’est pas un état aussi bénin qu’envisagé. En cas de confirmation, il pourrait même être nécessaire de revoir les seuils de mise en route du traitement antidiabétique.

Reste que le diagnostic d’une atteinte des petites fibres nerveuses, la biopsie cutanée, est pour l’instant trop invasif pour en faire un moyen de dépistage de masse, dépistage que l’électromyogramme ou l’examen clinique ne permettent pas de faire de façon appropriée.

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X