Actu.médicalesDiabétologie

Glucides alimentaires et fonction rénale : une relation ambiguë

Des relations entre alimentation et fonction rénale on sait assez peu de choses, sinon qu’une forte charge protéique augmente rapidement la filtration glomérulaire et accélère la progression d’une néphropathie chronique. L’effet sur la fonction rénale des hydrates de carbone et d’une alimentation à charge glycémique élevée n’est guère connu.

Le but de cette étude randomisée menée en cross-over et réalisée dans le cadre d’OMNICARB était d’évaluer les effets des glucides alimentaires sur la fonction rénale chez des sujets non diabétiques avec une fonction rénale normale, âgés en moyenne de 52 ans, parmi lesquels 56% de patients obèses et 26% de patients modérément hypertendus non traités.
Quatre types de régime ont été proposés séquentiellement par périodes de 5 semaines espacées de 2 semaines : un régime « high carb » à haute teneur en glucides (58% de la ration énergétique) et index glycémique élevé (IG > 65), un régime à faible teneur glucidique « low carb » (40%) et IG bas (< 45), un régime « high carb » et IG bas et un régime « low carb » et IG élevé.4139Chaque régime était isocalorique, mais les formules « low carb » contenaient davantage de protéines (23% contre 16%). La fonction rénale a été explorée par les dosages de la cystacine C, de la β2-microglobuline et de la créatinine et l’évaluation de la filtration glomérulaire par la clairance de la cystacine C et de la créatinine.
La cystacine C et la β-2 microglobuline étaient significativement augmentées après le régime « high carb » et IG élevé et diminuées par le régime « low carb » et IG bas. La réduction des apports glucidiques et de l’IG était associée à une élévation de la clairance de la cystacine C, la baisse des glucides et de l’IG ayant des effets cumulatifs.
En revanche, la diminution des glucides était associée à une augmentation de la clairance de la créatinine alors que la diminution de l’IG était sans effet sur ce paramètre. Ces constations persistaient après ajustement sur d’autres déterminants de la fonction rénale.
Ces manipulations diététiques n’ont pas eu d’effets mesurables sur l’IMC, le statut tensionnel, sur la sensibilité à l’insuline mesurée par l’index HOMA ou sur les marqueurs de l’inflammation.

Cette première étude contrôlée chez l’homme démontre que les glucides alimentaires ont des effets rénaux. Une alimentation comportant un apport réduit en glucides avec une faible charge glycémique améliore les paramètres de la fonction rénale mais détermine également une augmentation de la filtration glomérulaire qui n’est pas sans danger puisqu’elle pourrait exposer à un risque accru de néphropathie à moyen terme.
Cette ambiguïté devrait être levée en privilégiant un régime normoglucidique à faible IG… ce qui correspond précisément aux recommandations diététiques en vigueur dans le DT2. CQFD !

Par le Pr Jean-Louis Schlienger (Strasbourg) [Déclaration de liens d’intérêts]
Article commenté :
Effect of glycemic index and carbohydrates intake on kidney function in healthy adults.
Juraschek SP, Chang AR, Appel LJ et al.
BMC Nephrology 2016 ; 17:70.

**Retrouvez l’abstract en ligne

Bouton retour en haut de la page
X