Actu.médicalesGastroentérologie

H. pylori chez l’adulte : nouvelles recommandations diagnostiques et thérapeutiques

Large usage de la gastroscopie ou encore antibiogramme systématique, la HAS et le Conseil national professionnel d’hépato-gastroentérologie (CNP HGE) tracent de nouvelles recommandations du diagnostic et de la prise en charge de l’infection à H. pylori incluant des évolutions liées à l’augmentation des résistances aux antibiotiques.

La prévalence de l’infection à H. pylori est de l’ordre de 15 à 30% en France. L’infection est plus fréquente après 50-60 ans (environ une personne sur deux) et chez les personnes provenant de régions endémiques – Maghreb, Afrique, Asie. Or, 6 à 10% des personnes infectées développeront un ulcère et 1% un adénocarcinome gastrique après plusieurs décennies.
La HAS a fait évoluer les recommandations et pour un meilleur dépistage et une prise en charge cohérente avec les nouveaux risques d’antibio-résistance. Ainsi, la recherche d’une infection à H. pylori est préconisée face à un ulcère gastrique ou duodénal, en cas de dyspepsie chronique sans lésion visible à la gastroscopie, s’il y a une anémie par carence en fer ou la carence en vitamine B12 sans cause retrouvée, face à un purpura thrombopénique immunologique ou à une forme de lymphome gastrique dite du MALT, mais aussi en cas de facteurs de risque de cancer de l’estomac.
Enfin, elle est recommandée avant une chirurgie de l’obésité de type bypass. Le diagnostic repose lui sur une sérologie suivie d’une gastroscopie avec biopsies si la sérologie s’avère positive ou dans certains cas sur une gastroscopie avec biopsies en 1ère intention.
Le traitement repose ensuite sur une trithérapie guidée en fonction de la sensibilité de la bactérie aux antibiotiques, notamment à la clarithromycine. Puis son efficacité doit être systématiquement contrôlée par un test à l’urée marquée.
Si l’évaluation de la sensibilité de la bactérie n’a pas pu être réalisée, le traitement est alors probabiliste avec recours à des quadrithérapies associant un inhibiteur de la pompe à protons et trois antibiotiques pendant 10 à 14 jours. Les anciennes modalités de traitement probabiliste par trithérapie de 7 jours associant un IPP et 2 antibiotiques ne sont plus efficaces face à l’augmentation des antibiorésistances.

Source :
Infection par Helicobacter pylori chez l’adulte : la HAS précise les actes de diagnostic et les modalités de traitement 
HAS, juin 2017
[Retrouvez les recommandations en ligne]

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X