Actu.médicalesEndocrinologie

Hyperthyroidie : augmentation des cancers après iode radioactif

Le traitement de l’hyperthyroïdie par iode radioactif expose à une augmentation modérée du risque de tumeurs solides avec une relation dose dépendante. Un impact pas négligeable au regard du nombre de traitement.

Chez les femmes traitées par iode radioactif en raison d’une hyperthyroïdie, il existe une relation dose-dépendante claire entre la dose d’irradiation reçue et le risque de décès par cancer à long terme, dont le cancer du sein.

Les chercheurs ont estimé que pour chaque millier de patients traités avec des doses standard d’iode radioactif, environ 20 à 30 décès par cancer supplémentaires en résulteraient, cancers essentiellement liés à l’exposition aux rayonnements.

L’étude, menée par des chercheurs du National Cancer Institute américain, est publiée dans JAMA Internal Medicine.

Large cohorte prospective

Ces résultats proviennent d’une étude de suivi à long terme d’une très large cohorte de personnes atteintes d’hyperthyroïdie avec thyrotoxicose (principalement maladie de Graves) qui ont été traitées par iode radioactif entre 1946 et 1964, la « Cooperative Thyrotoxicosis Therapy Follow-up Study ».

Dans la nouvelle analyse, qui porte sur près de 19 000 personnes de la cohorte initiale, toutes ayant reçu de l’iode radioactif et aucune n’ayant eu de cancer au début de l’étude, les chercheurs ont utilisé une nouvelle méthode pour estimer les doses de rayonnement reçues par chaque organe. La majeure partie du rayonnement est absorbée par la glande thyroïde, mais d’autres organes comme le sein et l’estomac sont également exposés à l’irradiation pendant le traitement.

Relation dose-réponse

Les chercheurs ont observé une relation dose-dépendante positive entre la dose d’irratiation absorbée par un organe et la mortalité liée au cancer de cet organe. La relation est statistiquement significative pour le cancer du sein chez la femme, pour lequel chaque dose de 100 milligray (mGy) entraîne une augmentation de 12% du risque relatif de mortalité par cancer du sein.

Elle est aussi significative globalement, c’est-à-dire quand on prend ensemble toutes les autres tumeurs solides, pour lesquelles le risque relatif de mortalité augmente de 5% pour chaque 100 mGy.

Faible risque mais gros impact

Sur la base de ces résultats, les chercheurs estiment que pour 1 000 patientes âgées de 40 ans, atteintes d’hyperthyroïdie et traitées avec les doses de rayonnement habituelles d’iode radioactif, on doit s’attendre à un excès de 19 à 32 décès par tumeur solide sur l’ensemble de la vie, et attribuables au rayonnement.

Aux États-Unis, près de 1,2 % de la population souffre d’hyperthyroïdie, en majorité des femmes et les résultats concernant la mortalité due au cancer du sein sont donc particulièrement important au regard de la large population de femmes traitées pour hyperthyroïdie.

Autres comparaisons à faire

Le traitement par iode radioactif est l’un des trois traitements couramment utilisés pour le traitement de l’hyperthyroïdie. Les deux autres sont les antithyroïdiens de synthèse, de plus en plus populaires, et le traitement chirurgical, qui est moins souvent utilisé.

D’autres études sont donc nécessaires pour évaluer de façon plus complète le rapport risques-bénéfices de l’iode radioactif par rapport aux autres options de traitement disponibles dans l’hyperthyroïdie.

Bouton retour en haut de la page
X