Actu.médicalesCardiologieNéphrologie

Inhibiteurs de l’angiotensine : attention à l’augmentation du taux de créatinine

La fonction rénale peut décliner après l’instauration d’un traitement par inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine ou inhibiteur des récepteurs de l’angiotensine. Une augmentation du taux de créatinine jusqu’à 30% est généralement considérée comme sûre alors que des complications cardio-rénales sont associées à des augmentations moindres, d’après une étude parue dans le BMJ.

L’augmentation du taux de créatinine après le début d’un traitement par inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) ou inhibiteur des récepteurs de l’angiotensine (ARA) est associée à la survenue d’événements cardiaques et rénaux même quand elle est inférieure à 30%, seuil auquel il est recommandé d’interrompre le traitement.
C’est ce que montre une étude de cohorte incluant 122.363 patients suivis en soins primaires au Royaume-Uni. Les auteurs ont évalué les risques d’insuffisance rénale terminale, d’infarctus du myocarde, d’insuffisance cardiaque et de décès chez les personnes selon les variations de leurs taux de créatinine après l’initiation de leur traitement ECA ou ARA.
Après ajustement sur de nombreux paramètres, ils montrent que les patients ayant eu une augmentation de plus de 30% de créatinine (soit 1,7% de l’effectif) présentent bien un risque accru pour tous les événements étudiés par rapport à une hausse inférieure à 30% : multiplié par 3,43 pour l’insuffisance rénale terminale, 1,46 pour l’infarctus du myocarde, 1,37 pour l’insuffisance cardiaque et 1,84 pour le décès.
Mais une augmentation de créatinine inférieure à 30% est également associée à un surcroit de risque, + 15% de risque relatif décès en cas d’augmentation comprise entre 10 et 19% et +35% entre 20 et 29% par rapport à un taux stable. Quant à l’analyse pour chaque augmentation de 10% supplémentaire (<10%, 10-19%, 20-29%, 30-39%, et ≥40%) elle montre une relation linéaire avec l’augmentation des risques cités (p<0.001).
Les résultats se sont maintenus dans les sous-groupes de patients avec ou sans comorbidités.

Référence :
Morten Schmidt
Serum creatinine elevation after renin-angiotensin system blockade and long term cardiorenal risks: cohort study
BMJ 2017;356:j791
[Retrouvez l’abstract en ligne]

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X