Actu.médicalesPsychatrie

La chaleur infrarouge efficace pour traiter la dépression

D’après le Parisien: « des chercheurs américains viennent de montrer que l’exposition de la peau à la chaleur infrarouge pouvait reproduire les effets des anti-dépresseurs en stimulant la production de sérotonine, l’hormone liée à la régulation de l’humeur ».
Le journal relaie ainsi les résultats de ces travaux présentés aujourd’hui à la conférence de la Society of Biological Psychiatry à Atlanta, et parus dans le Jama Psychiatry. Le quotidien explique que « les chercheurs de l’université de Wisconsin-Madison aux États-Unis viennent de montrer la nette amélioration de la santé mentale de patients dépressifs exposés à des lumières infrarouges. On comprend mieux les effets antidépresseurs du soleil ».
« En augmentant ainsi leur température corporelle, 40% d’entre eux ont connu une rémission après un seul traitement. Et l’effet est durable puisque les sujets se portent mieux après 6 semaines de traitement »,
observe Le Parisien.b71187560ccae751538f34878b7cf0c5Le journal précise que les auteurs « ont suivi 338 volontaires, classés sur une échelle de 0 à 19 selon la gravité de la dépression. 0 à 7 réfère à un état normal, 8 à 13 à la dépression douce, 14 à 18 à une dépression modérée et 19 et plus à une dépression grave ».
« L’expérience a placé les patients dans un dispositif d’hyperthermie par lumière infrarouge chauffant leur poitrine et leurs jambes. Au bout d’une heure trente d’exposition, leur température corporelle est montée à 38,5 degrés, imitant une fièvre modérée 
», poursuit Le Parisien.
Le quotidien indique que « 14 [participants] ont été soumis à un “faux test” avec des ventilateurs et lumières peu chauffantes. L’idée était de leur faire croire que leur corps était exposé à la même chaleur que l’autre groupe ».
« Une semaine après le traitement réel, l’état de santé des 34 patients les plus sévères s’est amélioré en moyenne de 5,67 points de plus sur l’échelle de référence que les patients soumis au “faux test” et une différence moyenne de 4,83 points après 6 semaines 
», relève Le Parisien.
Le journal note que selon les auteurs, « la chaleur stimulant la peau active des cellules productrices de sérotonine qui modifient le fonctionnement du cerveau. Autrement dit, la chaleur transmise par la peau rend le cerveau heureux ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X