Actu.médicalesCardiologieMédecine GénéraleRhumatologie

La goutte est associée à une fréquence anormalement élevée de dysfonctions érectiles

Les dysfonctions érectiles s’observent chez près de 50 % des hommes âgés entre 40 et 70 ans ; avec une fréquence qui augmente avec l’âge et qui reste étroitement liée aux maladies cardiovasculaires (CV) car ayant des facteurs de risque commun, notamment le diabète, l’hypertension artérielle, l’obésité…
L’hyperuricémie goutteuse partage nombre de facteurs de risque CV communs et quelques études ont déjà mis en avant un risque élevé de dysfonctions érectiles chez les sujets goutteux.

Cette étude transversale, monocentrique a été réalisée sur la période août 2010 à mai 2013 : remise du questionnaire SHIM (Sexual Health Inventory in Man) chez les consultants externes de Rhumatologie âgés de 18 à 89 ans. Le diagnostic de goutte a été retenu à partir du dossier médical. Le diagnostic de dysfonction érectile a été retenu pour les scores ≤ 21.848x565-goutte-1440757618Les résultats reposent sur 201 sujets de sexe masculin dont 83 goutteux et 118 témoins (23 PR, 27 arthroses, 16 rhumatismes psoriasiques, 10 spondylarthrites ankylosantes …). Très logiquement on retrouve un certain nombre de différences concernant les caractéristiques démographiques et certaines comorbidités : sujets goutteux âgés en moyenne de 56,7 ± 14,3 ans et avec un BMI de 33 ± 6.
Le diagnostic de dysfonction érectile est retenu chez 63,76% des sujets goutteux versus 60,51% des contrôles (p = 0,003). La notion de dysfonction érectile sévère (score SHIM entre 1 à 7) concerne 22,26% des goutteux versus 17,15% des contrôles (p = 0,04).
Le score SHIM moyen est de 14,4 ± 8,11 chez les sujets goutteux versus 18,48 ± 7,36 chez les sujets contrôles (p < 0,0001). L’analyse uni- et multivariée retrouve comme facteurs indépendants l’âge avec un odds-ratio à 1,06 (1,02 – 1,09) et la notion de goutte avec un OR à 2,92 (1,41 – 6,06).
La présence d’une dysfonction érectile est plus fréquente chez les sujets avec goutte tophacée (87% des patients versus 71% chez les goutteux sans tophus). La prévalence de la dysfonction érectile n’est pas associée à la durée d’évolution de la goutte (étudiée par périodes de 5 ans).

Article commenté :
Erectile dysfunction is common among patients with gout.
Schlesinger N et al.
J Rheumatol 2015 ; 42 :1893-7

Retrouvez l’abstract en ligne

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X