Actu.médicalesCardiologie

Le célécoxib aussi bien toléré que d’autres AINS sur le plan cardiovasculaire

Le célécoxib à dose modérée n’est pas moins bien toléré sur le plan cardiovasculaire que l’ibuprofène ou le naproxène lorsqu’il est prescrit sur une durée moyenne de vingt mois chez des patients à risque cardiovasculaire. C’est ce que montre une étude parue dans le NEJM qui se veut rassurante sur l’utilisation de ce médicament.

A dose modérée, le célécoxib ne présente à priori pas plus de risque sur le plan cardiovasculaire que l’ibuprofène ou le naproxène. C’est ce que montre une étude parue dans le NEJM. Les auteurs voulaient vérifier la tolérance cardiovasculaire de ce médicament par rapport à ces autres AINS indiqués dans le soulagement de l’arthrose et de la polyarthrite rhumatoïde chez des personnes présentant des facteurs de risque cardiovasculaires.
Il s’agissait d’une étude de non infériorité pour laquelle le critère principal était le risque composite de mortalité cardiovasculaire, infarctus du myocarde non fatal ou AVC non fatal. Les 24.081 participants ont reçu soit du célécoxib à la dose moyenne de 209±37 mg/jour, soit de l’ibuprofène (2045±246 mg/jour) soit du naproxène (852±103 mg/jour) pendant en moyenne 20.3±16 mois et avec un suivi moyen de 34.1±13.4 mois.
Au cours de l’essai, 68.8% des patients ont interrompu leur traitement. Dans l’analyse ITT, un accident cardiovasculaire est survenu chez 188 patients dans le groupe célécoxib (2.3%), 201 dans le groupe naproxène (2.5%), et 218 dans le groupe ibuprofène (2.7%) (risque relatif pour le célécoxib vs. naproxène 0.93; pour célécoxib vs. ibuprofène 0.85, soit non infériorité dans les deux cas, P<0.001).
En per-protocole, un événement est survenu chez 134 patients dans le groupe célécoxib (1.7%), 144 dans le groupe naproxène (1.8%) et 155 dans le groupe ibuprofène (1.9%) (risque relatif pour le célécoxib vs. naproxène 0.90; pour le célécoxib vs. ibuprofène 0.81; soit non infériorité dans les deux cas, P<0.001).
En outre, le risque gastrointestinal était plus faible dans le groupe célécoxib que naproxène ou ibuprofène et le risque rénal était inférieur dans le groupe celecoxib par rapport à l’ibuprofène mais pas par rapport au naproxène.

Référence :
Steven E. Nissen et al.
Cardiovascular Safety of Celecoxib, Naproxen, or Ibuprofen for Arthritis
N Engl J Med 2016;2519-2529
[Retrouvez l’abstract en ligne]
[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X