Actu.médicales

Le firibastat passe le cap de la phase II dans l’hypertension artérielle

Un nouveau type d’antihypertenseur poursuit son développement et vient de franchir le cap de la phase 2 des essais cliniques. Le firibastat est le premier à cibler le système rénine-angiotensine cérébral. La phase IIa a été réalisée en France et les résultats sont parus dans The Journal of Hypertension

Le développement du firibastat dans la prise en charge de l’hypertension artérielle se poursuit. Ce médicament est le chef de file d’une nouvelle classe thérapeutique qui cible le système rénine-angiotensine cérébral contrôlé par l’angiotensine III. Le firibastat pris par voie orale s’oppose à l’action de cette dernière en inhibant spécifiquement l’aminopeptidase A, une enzyme cérébrale qui produit l’angiotensine III.

L’étude de phase IIa, menée dans quatre centres français d’Excellence en Hypertension artérielle, a inclus 34 patients ayant une pression artérielle ambulatoire diurne comprise entre 135/85 mmHg et 170/105 mmHg. Ils étaient âgés en moyenne de 57 ans (73% d’hommes) et non obèses (IMC moyen 26,8 kg/m2). La moitié d’entre eux a reçu le firibastat pendant quatre semaines puis le placebo pendant quatre autres semaines et l’autre moitié a reçu le traitement inverse : placebo puis firibastat.

Les résultats attestent d’un meilleur contrôle de la pression artérielle systolique (PAS) sous firibastat après quatre semaines avec une baisse de la PAS au cabinet du médecin de -4,7 mmHg en moyenne contre +0,1 mmHg sous placebo, mais la différence n’est pas significative, probablement en raison de la taille réduite de l’effectif mais aussi de l’hypertension artérielle modérée des patients inclus.

En effet, le firibastat est un agent anti-hypertenseur et non un hypotenseur, son efficacité devrait donc s’accroître avec la sévérité de l’hypertension. Ce qui fut le cas : dans cet essai, la baisse de la PAS ambulatoire a atteint -9,4 mmHg en cas de PAS supérieures à 154 mmHg au moment de l’inclusion, alors que le bénéfice était moins marqué pour des PAS basales plus faibles.

Les auteurs ont par ailleurs vérifié la tolérance à ce médicament et constaté qu’il n’interférait pas avec le système rénine-angiotensine systémique.

Référence :
Azizi M. et al.
A pilot double-blind randomized placebo-controlled crossover pharmacodynamic study of the centrally active aminopeptidase A inhibitor, firibastat, in hypertension.
J Hypertens. 2019 Mar 14
[Retrouvez l’abstract en ligne]

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X