Actu.médicalesNeurologie

Le rôle de l’intestin de plus en plus suspecté dans la maladie de Parkinson

Selon une étude suédoise sur la vagotomie , la maladie de Parkinson peut-elle trouver son origine dans l’intestin ? C’est en tout cas ce que laisse supposer.

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative touchant le cerveau, mais il se pourrait qu’elle naisse en fait au niveau de l’intestin, selon une nouvelle étude. De nombreuses données allaient déjà dans ce sens.

Ici, des chercheurs ont observé une moindre fréquence de la maladie chez des patients qui avaient subi une “vagotomie” tronculaire. Proposée en cas d’ulcère gastroduodénal, la vagotomie est la section chirurgicale complète (tronculaire) ou sélective du nerf vague, au niveau de l’abdomen. Ce nerf relie le tube digestif au cerveau.

Des problèmes gastro-intestinaux

Cinq ans après l’opération, les patients dont le nerf a été complètement coupé sont 40% moins susceptibles de développer la maladie de Parkinson que ceux qui ne l’avaient pas fait. “Ces résultats appuient de nouveau la théorie que la maladie de Parkinson peut commencer dans l’intestin “, explique le premier auteur de l’étude.

“Autre argument allant dans ce sens : les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ont souvent des problèmes gastro-intestinaux tels que la constipation, qui peuvent commencer des décennies avant qu’elles ne développent la maladie”, ajoute-t-il.

Son équipe a comparé 9 430 personnes ayant subi une vagotomie à 377 200 personnes de la population générale qui ne l’avaient pas eu. La probabilité que les personnes de ces deux groupes développent la maladie de Parkinson était statistiquement similaire au début, jusqu’à ce que les chercheurs prennent en compte le type de vagotomie qui avait été pratiqué.

La maladie de Parkinson est la maladie neurologique qui a le plus augmenté

Au total, seulement 19 personnes (0,78 % de l’échantillon) ont développé la maladie de Parkinson plus de cinq ans après une vagotomie tronculaire (complète), comparativement à 60 personnes (1,08 %) qui ont subi une vagotomie sélective. Comparé aux 3 932 (1,15%) personnes qui n’ont pas subi d’intervention chirurgicale et qui ont développé la maladie de Parkinson après avoir été surveillées pendant au moins cinq ans, et il semble clair que la section complète du nerf vague joue un rôle dans le développement de la maladie.

En France, la maladie de Parkinson est la maladie neurologique qui a le plus augmenté entre 1990 et 2015 : le nombre de ses victimes a doublé. Fin 2015, le nombre de patients parkinsoniens traités était de l’ordre de 160 000, avec environ 25 000 nouveaux cas par an. 17% des nouveaux cas étaient âgés de moins de 65 ans. En 2030, le nombre de patients parkinsoniens aura augmenté de 56% par rapport à 2015, avec une personne atteinte sur 120 parmi celles âgées de plus de 45 ans.

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X