Actu.médicalesCancerologieDiabétologie

Metformine:Diminution du risque de cancer gastrique chez les patients diabétiques

Le cancer gastrique est la 5ème cause de cancer et la 3ème cause de mortalité causée par cancer. L’infection par Helicobacter pylori est le facteur de risque le plus important de cancer gastrique. Le diabète augmente également le risque de cancer gastrique d’environ 20%. La Metformine est largement utilisée chez les patients diabétiques mais, de façon associée à ses effets sur la glycémie, la Metformine a des effets anti-cancéreux (dont via la diminution de l’insulinémie et la production d’IGF).

Contexte :

Le rôle de la Metformine dans le cancer gastrique est controversé. Une méta-analyse récente a conclu que la metformine pouvait diminuer le risque de cancer gastrique chez les patients diabétiques de 24% mais les études étaient très hétérogènes, en particulier, elles n’étaient pas ajustées à l’infection par H.pylori et l’équilibre glycémique.
L’objectif était d’étudier le risque de cancer gastrique chez des patients diabétiques dont l’infection H. pylori était éradiquée et son association au contrôle glycémique.

Population et méthodes :

il s’agit d’une étude de cohorte basé sur des registres hospitaliers recrutant tous les patients diabétiques ayant reçu une triple thérapie basée sur la clarithromycine contre l’infection H.pylori, entre 2003 et 2012. Les patients exclus étaient ceux dont le cancer était diagnostiqué dans l’année de l’éradication de H.pylori, ceux qui avaient un antécédent de gastrectomie, de cancer gastrique et chez qui il y avait un échec de l’éradication de H.pylori. Le risque de cancer gastrique était ajusté sur de multiples co-variables dont l’âge, le sexe, les comorbidités, les médicaments et l’HbA1c moyenne.

Résultats :

durant un suivi médian de 7.1 ans, 7266 patients diabétiques ont reçu une thérapie éradiquant H.pylori. 73.9% d’entre eux avaient de la Metformine. Pendant le suivi, 37 patients (soit 0.5% d’entre eux) ont eu le diagnostic de cancer gastrique. L’âge médian au diagnostic était de 76.4 ans. L’intervalle médian entre l’éradication d’H.pylori et le développement du cancer était de 4.4 ans. Parmi les utilisateurs de Metformine, 20 soit 0.37% développaient un cancer gastrique soit une incidence de 4.9/10 000 personne-années. L’utilisation de Metformine était associée à une diminution du risque de cancer gastrique de 51% (HR de 0.49). Cela correspondait à une diminution du risque de 7.6 cancer gastrique pour 10 000 personne-années. Il y avait également une diminution significative du risque avec l’augmentation de la durée et la dose du traitement par metformine. Un total de 11 286 HbA1c ont été mesurées avec une HbA1c médiane à 7.3%. Il n’y avait pas de différence de risque de cancer gastrique entre les patients ayant une HbA1c moyenne< 7% et >7%. Ainsi, l’HbA1c n’était pas un facteur de risque indépendant de cancer gastrique.

En conclusion, l’utilisation de metformine était associée à une diminution du risque de cancer gastrique chez les patients diabétiques éradiqués pour une infection à H.Pylori selon une réponse dépendante de la durée et la dose du traitement. Cette sélection permettait d’exclure le facteur de risque connu le plus important de cancer gastrique. Cet effet protecteur de la metformine était indépendant du contrôle glycémique.

 

Article commenté :
Metformin Use and Gastric Cancer Risk in Diabetic Patients After Helicobacter pylori Eradication.
Cheung KS, Chan EW, Wong AYS, Chen L, Seto WK, Wong ICK, Leung WK.
J Natl Cancer Inst. doi: 10.1093/jnci/djy144

**Retrouvez l’abstract en ligne

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X