Actu.médicales

NASH : l’aspirine aurait un rôle préventif dans la stéatose hépatique non alcoolique

Quand un malade souffre de stéatose hépatique non alcooloque, prendre de l’aspirine tous les jours pourrait éviter de développer une stéatohépatite non alcoolique (NASH).

La prise quotidienne d’aspirine pourrait prévenir l’évolution de la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) vers la stéatohépatite non alcoolique (NASH), selon une étude publiée dans Clinical Gastroenterology and Hepatology.

La stéatose hépatique non alcoolique (ou maladie du foie gras) est une surcharge du foie en graisses, qui n’est pas due à la consommation d’alcool mais à un régime alimentaire déséquilibré et au manque d’exercice. La stéatose hépatique non alcoolique (en anglais, NAFLD, pour non alcoholic fatty liver disease) peut évoluer vers une forme avancée et plus grave, la stéatohépatite non alcoolique (en anglais, NASH, pour non alcoholic steatohepatitis), qui se caractérise par une inflammation et une fibrose du foie. Peuvent alors apparaître cirrhose et cancer du foie.

Aucun médicaments préventifs

“Notre étude est la première à démontrer que l’aspirine est associée à une réduction du risque de développer une fibrose hépatique avec le temps”, déclare Tracey Simon, du Massachusetts General Hospital. “Si ces résultats sont validés par d’autres recherches, je pense c’est très prometteur pour les patients atteints de NAFLD, qui ne disposent d’aucun médicaments préventifs efficaces pour ralentir la progression vers la NASH”, poursuite-elle.

L’étude prospective comprenait 361 adultes. Parmi les participants, 151 prenaient déjà de l’aspirine quotidiennement au début de l’étude, principalement (54 %) pour la prévention primaire des maladies cardiovasculaires.

30% de la population française

Difficile de quantifier le nombre de personnes atteintes de la NASH en France. Le Pr Dominique Lannes, auteur du livre “NASH : la maladie de la malbouffe” parle de un à deux millions de personnes. “Les chiffres ne sont pas très précis mais effectivement on estime qu’environ 30% de la population française a la stéatose, c’est-à-dire le “foie gras”, expliquait-il en 2017 à LCI. Cela ne veut pas dire que toutes ces personnes arriveront au stade de NASH. Pour avoir une idée très précise du nombre d’individus touchés, il faudrait réaliser une ponction du foie à tous les Français et l’examiner, donc c’est compliqué. A l’échelon de la France, cela représente quand même 1 à 2 millions de personnes potentiellement concernées par la NASH”.

Pour guérir de la NASH, aucune recette miracle. Lorsque le foie est détérioré, la greffe reste la seule option. Environ 1300 transplantations de foie sont réalisées chaque année en France. Bien peu face à l’épidémie moderne de NASH. “Les transplantations dues à l’hépatite B ou C devraient diminuer considérablement dans les prochains mois en raison de traitements très actifs désormais. La stéatose concerne 30% de la population, dont 10% d’entre eux ont la NASH. De fait, les donneurs de foies décédés n’ont pas forcément des organes en bon état, ce qui peut poser problème pour une transplantation. S’il y a une augmentation des transplantations, on va, c’est certain, vers des problèmes de pénurie d’organes”, s’inquiète le Pr Dominique Lannes.

Bouton retour en haut de la page
X