Actu.médicalesDiabétologie

Pas plus de cancer du pancréas avec les incrétino-mimétiques que de beurre en broche !

Ce dicton populaire vient probablement du fait que faire rôtir du beurre sur une broche n’est ni possible ni habituel car il fond immédiatement. Ce destin est identique à celui de la polémique sur la responsabilité des incrétino-mimétiques dans la majoration des cancers du pancréas, initiée par l’article de Butler publié en 2011 dans Gastroenterology (1).
Dans cette enquête dont les biais étaient majeurs, une augmentation significative des cas de cancer du pancréas était notée chez les patients traités par incrétino-mimétiques (p<0,008).

De très nombreuses critiques méthodologiques se sont manifestées tandis que les différentes études de suivi avec ces classes médicamenteuses ont infirmé ce risque de cancer pancréatique.
Ces données ont abouti à une publication rassurante de la FDA et de l’EMA dans le Lancet (2) : « Au vu des résultats de ces analyses indépendantes, les deux agences concluent que les affirmations portant sur un lien de causalité entre les traitements incrétino-mimétiques et l’incidence des pancréatites et/ou du cancer du pancréas sont incompatibles avec les données actuellement disponibles »

L’ANSM a publié sur son site le 14 décembre 2016 un article qui s’inscrit dans la même démarche (3). Ce point d’information rapporte les conclusions de l’étude menée à l’initiative de l’ANSM sur le SNIIRAM en octobre 2013.
« Une étude épidémiologique, menée par l’ANSM à partir des données de l’Assurance Maladie (SNIIRAM) pour investiguer un potentiel sur-risque de cancer du pancréas en lien avec les incrétino-mimétiques (GLP-1 et IDPP-4), ne fournit pas d’argument en faveur de l’existence d’un risque spécifique de ces traitements antidiabétiques et elle vient confirmer les résultats de travaux précédents.
Cette étude a porté sur les affiliés au Régime Général de l’Assurance Maladie de 40 à 80 ans ayant un diabète de type 2 prévalent en 2010, suivis jusqu’au 31 décembre 2013. Au total, 1 346 055 personnes (54% d’hommes, âge moyen 63,8 ans) ont été incluses et suivies pendant 3,7 ans en moyenne. Au cours du suivi, 41,1% ont reçu des gliptines et 7,2% des analogues du GLP-1 commercialisés en France à cette période et 3 113 cas de cancers du pancréas sont survenus. 
Le risque de survenue d’un cancer du pancréas est apparu 30% plus élevé chez les personnes exposées aux gliptines. L’exposition aux autres antidiabétiques oraux (metformine, sulfamides notamment) était également associée à un risque de cancer du pancréas accru de 20 à 40%.
En revanche, l’exposition aux analogues de la GLP-1, n’est pas associée au cancer du pancréas (Figure). Il apparaît que cette association est particulièrement marquée peu après l’introduction des gliptines et décroît avec la durée d’exposition ainsi qu’avec la dose cumulée de traitement. 
L’hypothèse la plus plausible pour expliquer ces résultats, concordants avec ceux d’autres études épidémiologiques menées sur le sujet, est celle d’un phénomène de causalité inverse : l’initiation ou l’intensification d’un traitement par gliptines serait la conséquence d’un déséquilibre du diabète, lui-même dû à un cancer du pancréas non encore diagnostiqué, plutôt que la cause de ce cancer. »

Cette vaste étude indépendante émanant des autorités de santé est donc très rassurante en ce qui concerne le risque de cancer du pancréas chez les patients traités par incrétino-mimétiques. Nous pouvons donc complétement rassurer nos malades sur ce risque qui n’en est pas un.

Fin définitive de la polémique ?

Par le Pr Bernard Bauduceau (HIA Bégin – Saint-Mandé) [Déclaration de liens d’intérêts]
Article commenté :
Exposition aux incrétino-mimétiques et risque de cancer du pancréas chez les patients atteints de diabète de type 2. Etude réalisée par le Pôle Epidémiologie des produits de santé de l’ANSM (Direction scientifique et de la stratégie européenne).
Avenin G, Bertrand M, Dray-Spira R, Zureik M.
Décembre 2016. ansm.sante.fr

**Retrouvez l’abstract en ligne**

Références :
1) Elashoff M, Matveyenko AV et al. Pancreatitis, pancreatic, and thyroid cancer with glucagon-like peptide-1-based therapies. Gastroenterology 2011; 141: 150-6.
**Retrouvez l’abstract en ligne
2) Egan AG, Blind E, Dunder K et al. Pancreatic safety of incretin-based drugs – FDA and EMA assessment. N Engl J Med 2014; 370: 794-7.
**Retrouvez l’abstract en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X