Actu.médicales

PR et obésité : une moins bonne réponse sur le plan clinique, mais une évolution IRM plus favorable !

Le surpoids et l’obésité sont des comorbidités particulièrement fréquentes aujourd’hui dans la PR. Il a été démonté une possible association entre l’obésité et une moins bonne réponse aux traitements biologiques notamment anti-TNF alpha.
L’obésité pourrait ainsi s’associer à une affection plus sévère. L’obésité pourrait aussi être associée à d’importants biais, notamment concernant les paramètres d’évaluation des scores composites de type DAS. A l’inverse, quelques études ont montré une association possible entre obésité et moindre sévérité radiographique.

C’est tout l’intérêt de cette étude post-hoc conduite à partir des études contrôlées de phase 3 : études GO-BEFORE et GO-FORWARD. Il s’agit de 2 études contrôlées, randomisées, réalisées initialement en double aveugle avec la combinaison du golimumab au méthotrexate versusnotamment MTX monothérapie ou golimumab monothérapie.
L’étude GO-BEFORE s’est adressée à une population de PR naïves de MTX, alors que l’étude GO-FORWARD s’est adressée à une population en échec au MTX.
Les auteurs ont sélectionné les patients qui avaient fait l’objet d’une étude complémentaire par IRM (examen réalisé à l’inclusion, après 24 et 52 semaines de traitement / score RAMRIS).
Les critères d’analyse sont le DAS28 et le HAQ. Il s’agit de la rémission DAS-CRP < 2,6 ou un faible niveau algofonctionnel avec HAQ ≤ 0,5. Une faible activité IRM était retenue pour les scores de synovites ≤ 3, les scores d’ostéites ≤ 3 et une faible activité IRM globale pour les scores ≤ 9 (le score d’ostéites étant x 2).

Sur les 470 patients, 51 avaient un BMI < 20, 164 avaient un poids considéré comme normal entre 20 et 25, 152 étaient en surpoids avec BMI entre 25 et 30 et 103 étaient obèses avec BMI ≥ 30. Les sujets obèses étaient statistiquement un peu plus âgés avec un score d’articulations douloureuses en moyenne supérieur de 2 à 3 points et un HAQ supérieur en moyenne d’environ 0,3. Par contre, le DAS28 à l’inclusion était comparable de l’ordre de 5,5.
En conformité avec d’autres études, à l’inclusion, les patients obèses avaient statistiquement un score IRM d’ostéites et d’érosions inférieur à ce qui était observé chez les patients maigres ou de poids normal.
La 1ère figure illustre les résultats en termes de rémission et de paramètres cliniques. Pour les sujets obèses comparativement aux sujets normaux, la probabilité d’obtention de la rémission apparaît statistiquement moindre avec à 6 mois un OR ajusté à 0,47 (0,24 – 0,92 / p = 0,03).

Pour l’obtention d’un HAQ ≤ 0,5, l’OR ajusté est à 0,49 (0,28 – 0,89). Les résultats sont comparables si de la rémission DAS28-CRP on se focalise sur la rémission SDAI, CDAI ou ACR/EULAR 2010.
La 2ème figure illustre les résultats en termes de faible activité IRM. Pour le score global d’inflammation ≤ 9, le chiffre est de 69% chez les patients obèses versus 50% chez les sujets de poids normal (p = 0,02).

Les auteurs signalent que les résultats analysés à la semaine 52 sont globalement comparables.

Article commenté :
Obesity and rates of clinical remission and low MRI inflammation in rheumatoid arthritis.
George MD et al.
Ann Rheum Dis 2017 ; 76:1743-1746

Retrouvez l’abstract en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X