Actu.médicalesActu.scientifiquesAddictologiePathologies

Prévention des addictions : l’éducation donnée par les parents est primordiale

par Julien Prioux avec le Dr Denis Boucheny
Ouverture, communication, respect et compréhension envers leurs enfants seraient les principes clés que les parents devraient adopter pour éviter l’usage des drogues par leur progéniture.

Cet article pourrait bien intéresser les parents qui s’inquiètent que leur adolescent consomme un jour de l’alcool ou des drogues. Selon une étude américaine, publiée dans la revue “Drug and Alcohol Dependence Journal“, le real_qa76-1449934318comportement des parents peut en effet impacter l’attrait des jeunes envers ces substances dangereuses pour leur santé.

Pour parvenir à cette conclusion, Thomas Schofield, auteur principal de l’étude, et ses collègues Rand Conger et Richard Robins de l’Université de Californie (Etats-Unis) ont observé les interactions entre des parents d’origine mexicaine et leurs enfants pour mesurer le niveau et les effets du contrôle parental.
Ils se sont concentrés sur des familles d’origine mexicaine pour mieux comprendre si des différences culturelles influencaient le rôle parental et les résultats. L’autre raison de ce choix était que « le risque d’utiliser des drogues et de l’alcool tôt et d’en abuser au fil du temps est plus grand chez ces populations », précise l’équipe.

Construire une relation solide

Au total, ce sont donc 674 enfants qui ont été suivis, d’abord à l’âge de 10-11 ans, puis à 13-14 ans, une période qui rime souvent avec les premières expérimentations d’alcool, de tabac et de drogues. Conclusion des chercheurs, investir du temps particulièrement au milieu et à la fin de l’enfance, pour construire une relation solide avec l’enfant, s’avère ici associé à un moindre risque d’expérimentation et de consommation de ces substances.
Les auteurs des travaux n’hésitent pas à évoquer comme primordiales : « l’ouverture dans la relation, la communication, le respect et la compréhension. Quatre critères essentiels pour construire et renforcer cette relation à l’adolescence », affirment-ils
.

Partager les mêmes valeurs d’éducation

« Ces données indiquent que les parents, s’ils le veulent, peuvent faire la différence et influer sur le comportement de leur enfant », conclut Thomas Schofield. Un message plutôt rassurant après qu’une étude à paraître, relayée par santélog, semble montrer que l’influence des amis dans les conduites dangereuses (alcool, drogues, etc.) est favorisée chez certains jeunes par un génotype –ou gène de susceptibilité- spécifique.

Enfin, une autre étude, dirigée encore par Thomas Schofileld et sa consœur Jennifer Weaver, de la Boise State University (Idaho), révèle qu’il est important que les deux parents partagent des croyances communes quant à l’éducation, sachant que l’un ou l’autre peut évoluer et s’influencer.
« La capacité pour un parent d’influencer son conjoint existe quand ils ont une bonne relation, les parents devraient l’utiliser à leur avantage, quand il s’agit de prendre une décision d’éducation », recommande le Dr Schofield. Ainsi, même quand il s’agit d’élever les enfants, l’union fait la force.

Bouton retour en haut de la page
X