Actu.médicales

Quelle surveillance endoscopique pour les patients réséqués d’un adénome colorectal à risque intermédiaire ?

La surveillance par coloscopie des patients à risque de cancer colorectal (CCR) est relativement bien codifiée. Son efficacité en termes de réduction du risque n’a jamais été bien mesurée notamment dans une population à risque intermédiaire de CCR.
Le but de cette étude rétrospective, multicentrique, anglaise était d’évaluer l’efficacité (réduction de l’incidence du CCR) d’une stratégie de surveillance par coloscopie tous les 3 ans dans une population de patients ayant eu une polypectomie lors d’une coloscopie initiale (entre janvier 1990 et décembre 2010).  

Au total 11.944 patients issus de 17 centres anglais ayant eu une polypectomie endoscopique pour adénome et à risque intermédiaire de récidive (1 à 2 adénomes supra centimétriques ou plus de 2 adénomes) ont été inclus.
Parmi eux, 42% n’avaient pas eu de suivi endoscopique et 58% avaient eu au moins une coloscopie de surveillance. L’objectif principal de cette étude était de mesurer l’incidence du CCR en fonction de la stratégie de surveillance et la mesure du risque de CCR chez les patients non surveillés comparée à la population générale (standardisée sur la population anglaise en 2007 ; SIR = Standardised Incidence Ratio).
Après un suivi de 7,9 ans, 210 CCR ont été diagnostiqués. La surveillance par une ou deux coloscopies réduisait le risque relatif d’incidence d’un CCR de près de 50% par rapport à l’absence de surveillance (HR1 coloscopie : 0,57 [0,40-0,80] et HR2 coloscopies : 0,51 [0,31-0,84]).
En comparaison à l’incidence attendue, l’absence de surveillance était délétère uniquement dans le groupe de patients avec une coloscopie initiale sub-optimale (incomplète ou mal préparée) ou ayant des adénomes proximaux ou un adénome en dysplasie de haut grade ou supérieur à 2cm lors de la coloscopie initiale.
En effet l’incidence standardisée de CCR dans cette population à risque élevé non surveillée était augmentée par rapport à la population générale (SIR 1,30 [1,06-1,57]). A l’inverse, l’incidence du CCR était inférieure à celle de la population générale lorsqu’il n’y avait aucun de ces critères (risque faible) (SIR 0,51 [0,29-0,84]).
Les courbes d’incidence standardisé de la cohorte entière et des groupes à haut risque ou faible risque sont résumées dans la figure 1.

La surveillance endoscopique tous les 3 ans des patients à risque intermédiaire de récidive des adénomes est utile car elle permet de réduire significativement l’incidence du CCR. C’est la première endoscopie à 3 ans qui semble porter l’essentiel de la part de cette réduction d’incidence.
La question de l’intérêt de cette surveillance chez les patients n’ayant pas d’adénomes proximaux ou supérieurs à 20mm ou en dysplasie de haut grade et ayant eu une coloscopie normale bien préparée est réelle car le risque de CCR chez ces patients est inférieur à celui de la population générale.

Figure 1 : Incidence cumulée de CCR après la coloscopie initiale (IC 95% pour chaque courbe).
Incidence cumulée de CCR chez les patients sans surveillance pour la cohorte entière (A) et pour les patients à risque (B).
Incidence cumulée de CCR chez les patients avec une coloscopie de surveillance pour la cohorte entière (C) et pour les patients à risque (D).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X