Actu.médicalesDiabétologie

Résultats d’une méta-analyse évaluant l’influence de la supplémentation en vitamine D , du statut vitaminique D sur l’équilibre glycémique , l’insulino-résistance de patients diabétiques de type 2

Le diabète de type 2 est un problème de santé publique en augmentation ces dernières années. Des études observationnelles ont montré une relation inverse entre le statut vitaminique D et la prévalence du diabète de type 2 ainsi, en augmentant le taux de 25 (OH) D, l’incidence du diabète diminue.
De multiples études (plus de 80) ont été publiées sur les effets de la supplémentation vitaminique et le diabète de type 2, mais leurs résultats sont contradictoires.
De plus, les liens entre vitamine D et diabète sont multiples : les effets anti-inflammatoires et immuno-modulateurs de la vitamine D pourraient diminuer l’expression de cytokines pro-inflammatoires impliquées dans la résistance à l’insuline.
A un niveau cellulaire, la forme active de la vitamine D régule l’expression du gène du récepteur à l’insuline, facilite le transport du glucose au sein des cellules musculaires et diminue l’expression du gène de la rénine associée à l’hyperglycémie.
Enfin, l’augmentation de la PTH en réponse à un déficit en vitamine D pourrait diminuer le relargage d’insuline par les cellules β pancréatiques.

L’objectif de ce travail est d’évaluer l’influence du statut vitaminique sur l’équilibre glycémique et les paramètres d’insulino-sensibilité.
Seules les études prospectives évaluant l’impact de la supplémentation en vitamine D sur l’hémoglobine glyquée (HbA1c), la glycémie à jeun et l’index d’insulino-résistance ont été sélectionnées.
Sur un total de 844 entrées, 24 études contrôlées ont été sélectionnées incluant 1528 patients diabétiques de type 2.

La méta-analyse retrouve une réduction significative de l’HbA1c (en moyenne de 0,30%), de la glycémie à jeun (en moyenne 0,049 g/l) et de l’index d’insulino-résistance HOMA-IR après supplémentation en vitamine D et augmentation significative des taux de 25 (OH) Vitamine D (augmentation globale de 17±2,4 ng/ml).
L’ajout d’une supplémentation calcique majorerait légèrement la diminution de l’HbA1c. L’effet de la supplémentation en vitamine D était plus important chez les patients non obèses, probablement secondaire à la non adaptation de la supplémentation au poids du patient. Ainsi les patients obèses pourraient ne pas avoir reçu de doses suffisantes.

Les résultats de cette méta-analyse suggèrent qu’une supplémentation en vitamine D d’un minimum de 4000 UI/jour pourrait réduire significativement la glycémie à jeun, l’HbA1c et l’insulino-résistance et pourrait ainsi participer à l’amélioration de l’équilibre glycémique et de l’insulino-sensibilité de patients diabétiques.
Cependant, le débat reste ouvert car une autre méta-analyse récente (1) n’avait pas mis en évidence d’effets bénéfiques d’une supplémentation en vitamine D dans une population diabétique.
Mais, cette méta-analyse incluait des études avec des suivis courts de moins de 3 mois, les moyennes des dosages de supplémentation en vitamine D et de l’augmentation du taux de 25 (OH) vitamine D étaient moindres. Ces différences permettent-elles d’expliquer la discordance des résultats entre ces 2 méta-analyses ?
Pour conclure, la supplémentation en vitamine D pourrait donc participer, de façon modeste, à la prévention du diabète de type 2 et, de façon adjuvante aux médicaments antidiabétiques, à son traitement.

Référence :
(1) : Krul-Poel YH, Westra S et al. Effect of vitamin D supplementation on glycemic control in patients with type 2 diabetes (SUNNY trial): a randomized placebo-controlled trial. Diabetes Care 2015; 38:1420-1426
Retrouvez l’abstract en ligne**

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X