Actu.médicales

Risque d’obesité et de diabéte

Selon une étude américaine, une nuit blanche ou 6 mois d’un régime riche en graisses réduisent de la même façon la sensibilité à l’insuline.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont évalué la sensibilité à l’insuline chez 8 clients. Ils ont testé leur tolérance à l’insuline après une bonne nuit de sommeil après une bonne nuit de sommeil et une nuit blanche. Puis, ils les ont nourris d’aliments gras pendant 6 mois.

Suite à ces tests, ils ont découvert une privation de sommeil réduit de 33% la sensibilité à l’insuline.

Un régime gras la diminue de 21%, cependant, il n’a pas été observé un effet additif.

Les chercheurs concluent que la privation de sommeil  et un régime malsain ont un même mécanisme pour développer une insulinorésistance       .

En effet, la réduction de la durée de sommeil perturbe les hormones régulatrices de l’appétit, en abaissant le taux de leptine (hormone de satiété) et la ghretine (hormone qui stimule l’appétit).

La privation de sommeil est donc un facteur de risque d’obésité et de diabète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X