Actu.médicalesCardiologiePathologiesRevue de presse

Un test de salive pour détecter les insuffisances cardiaques

Le Parisien relève qu’« un test de salive pourrait bientôt remplacer les tests sanguins pour détecter les insuffisances cardiaques. Des chercheurs australiens travaillent sur la mise au point d’un protocole simple et rapide, faisable chez soi ».
Le journal note ainsi que « pour les médecins australiens du QUT’s Institute of Health and Biomedical Innovation (IHBI), le diagnostic de l’insuffisance cardiaque est aujourd’hui inefficace, alors que 26 millions de personnes supplémentaires sont touchées chaque année dans le monde ».
Le Pr Punyadeera écrit que « c’est un tueur silencieux parce que la maladie est asymptomatique à ses débuts et les gens l’ignorent mais l’insuffisance cardiaque peut devenir mortelle, si elle n’est pas traitée ».
Le Parisien explique que « les scientifiques cherchent à identifier dans la salive une protéine, systématiquement impliquée dans les insuffisances cardiaques, la galectin-3. Plus son taux est élevé, plus la personne a besoin d’une assistante médicale rapide, voire d’une hospitalisation ».cheval_dyspnee
Le Pr Punyadeera précise : « Nous espérons que ce test pourra fournir aux patients un moyen précis, rapide et facile de savoir s’ils ont besoin d’un traitement hospitalier. L’avantage de la salive est que vous n’avez pas besoin d’un personnel médical formé à la prise d’échantillon. Vous pouvez contrôler la santé de votre cœur à la maison, en utilisant la technologie ».
Le quotidien note ainsi que « les chercheurs imaginent un système de santé connecté qui permettrait aux personnes souffrant de la pathologie d’envoyer par e-mail les données de leur test de salive à leur médecin. Celui-ci pourrait leur conseiller sur les doses de médicaments à prendre, ce qui éviterait une consultation chez le cardiologue ».
Le Parisien ajoute que « l’équipe du Pr Punyadeera conduira prochainement des essais du test de salive en question conjointement avec le Royal Women’s Brisbane Hospital et le Prince Charles hospital ».

Source : Le Parisien

[adning id="56586"]
Bouton retour en haut de la page
X