Actu.médicalesDiabétologie

Vers la fin du glucagon injectable ?

L’obtention d’un équilibre glycémique optimal chez les enfants présentant un diabète de type 1 (DT1) se heurte souvent à la survenue d’hypoglycémies, événements redoutés et pouvant être particulièrement traumatisants et dissuasifs chez les patients, notamment lorsque les hypoglycémies sont sévères.
Dans ce cas, l’utilisation de glucagon injectable (Glu-IM) constitue un autre défi pour les parents. Le développement du glucagon dispensé en intra-nasal (Glu-Na) pourrait permettre d’améliorer la prise en charge des hypoglycémies.

Dans ce travail, les auteurs ont donc évalué l’efficacité et la sécurité d’emploi du Glu-Na par rapport au Glu-IM chez 48 enfants avec DT1 répartis en 3 groupes d’âges : de 4 à 8 ans (n=18, 6,5±1,2 ans), de 8 à 12 ans (n=18, 11,1±0,8 ans), et de 12 à 17 ans (n=12, 14,6±1,6 ans).
Les plus âgés ont été randomisés pour avoir, en cross-over, les deux modalités d’administration de glucagon : 3 mg de Glu-Na et 1 mg de Glu-IM, au décours de 2 hypoglycémies provoquées par voie intraveineuse (espacées d’une à quatre semaines), avec un seuil à 0,80 g/L.
Pour les enfants plus jeunes, 12 dans chaque groupe d’âge ont reçu en aveugle le Glu-Na aux doses de 2 ou 3 mg lors de 2 visites espacées (ordre d’application aléatoire). Les six enfants restants de ces 2 groupes n’ont reçu que le glucagon IM (0,5 mg si poids <25kg).

Avec un nadir entre 0,67 et 0,75 g/L dans la cohorte Glu-Na et entre 0,69 et 0,72 g/L dans la cohorte Glu-IM, le critère primaire défini par l’augmentation de la glycémie de ≥ 0,25 g/L a été atteint après 24 injections IM sur 24 et après 58 des 59 dispensations intra-nasales.
Le seul échec est le fait d’un enfant de 6 ans qui s’est mouché juste après l’administration nasale de 2 mg et qui finalement répondra avec succès à l’administration de 3 mg de Glu-Na lors de la seconde visite.Après 20 minutes, les glycémies sont montées entre 1,78 et 2,08 g/L dans la cohorte Glu-Na et entre 1,94 et 2,11 g/L dans la cohorte Glu-IM. La concentration plasmatique de glucagon a atteint un taux pharmacologique en moins de 5 minutes témoignant d’une absorption rapide avec les deux voies d’administration.
La tolérance globale du Glu-Na était bonne avec des troubles digestifs à types de nausées et vomissements moins fréquents (p=0,05) que dans le bras Glu-IM : 39 et 43% (2mg et 3mg) vs 67%, respectivement. Il y avait une légère tendance à plus de céphalées et d’inconfort nasal dans le bras Glu-Na : 17% vs 13%, p=0,30.

En conclusion, cette étude confirme chez les enfants DT1 l’efficacité et la bonne tolérance du Glu-Na déjà publiées chez les adultes avec DT1 et DT2. Le dispositif d’administration intra-nasal est extrêmement simple d’utilisation, avec un embout introduit dans une narine et, par une simple pression sur un bouton situé à l’autre extrémité (relié à un piston), la dose thérapeutique est délivrée sans nécessité d’inspiration, donc même sans participation du patient (cf photo). De plus sa conservation est possible à température ambiante.
Les résultats obtenus dans cette population pédiatrique sont donc particulièrement importants et bon nombre de parents et de soignants scolaires seront soulagés le jour où cette option thérapeutique sera disponible.

Article commenté :
Glucagon Nasal Powder: A Promising Alternative to Intramuscular Glucagon in Youth With Type 1 Diabetes.
Sherr JL, Ruedy KJ, Foster NC et al.
Diabetes Care 2016 ; 39:555-562.

Retrouvez l’abstract en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X