Actu.médicales

Vertébroplastie : intérêt dans la prise en charge des fractures vertébrales ostéoporotique

La vertébroplastie pourrait avoir un intérêt dans la réduction de la douleur chez des patients présentant une fracture vertébrale ostéoporotique évoluant depuis moins de 6 semaines. Des chercheurs australiens viennent de publier, dans The Lancet, les résultats d’une étude multicentrique, randomisée, en double aveugle, contrôlée versus placebo. Ces résultats devront toutefois être confirmés par d’autres études plus importantes.

La vertébroplastie est une technique chirurgicale mini-invasive permettant de restaurer une fracture vertébrale par l’injection d’un type particulier de « ciment ». Avec 1,5 million de cas par an dans le monde, les fractures vertébrales ostéoporotiques sont associées à une morbidité non négligeable et représentent un réel problème de santé publique. Les traitements habituels associant repos et antalgique ont une efficacité limitée et des effets indésirables liés aux antalgiques et à l’immobilisation importants.
Les auteurs ont voulu examiner l’intérêt de la vertébroplastie en cas de fracture vertébrale de moins de 6 semaines. Ils ont réalisé l’essai « Safety and efficacy of vertebroplasty for acute painful osteoporotic fractures » (VAPOUR).
Entre novembre 2011 et décembre 2014, ils ont randomisé au sein de 4 hôpitaux de Sydney, 120 patients présentant une ou 2 fractures vertébrales ostéoporotiques de moins de 6 semaines avec des douleurs rachidiennes supérieures à 7 sur 10 à l’EVA : 61 dans le bras vertébroplastie et 59 dans le bras placebo (simulation d’une vertébroplastie).
Au total, 44% des patients ont une douleur <4/10 dans le groupe actif, contre 21% dans le groupe contrôle (p<0,05). Cette différence, maximale à 4 semaines, persiste jusqu’à six mois. Les effets secondaires ne différaient pas entre les 2 groupes (3 décès dans chaque groupe).

Référence :
Clark W, Bird P, Gonski P et al.
Safety and efficacy of vertebroplasty for acute painful osteoporotic fractures (VAPOUR): a multicentre, randomised, double-blind, placebo-controlled trial.
Lancet 2016 ; 388 :1408-16
**Retrouvez l’abstract en ligne**

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X